Le classement Monument Historique

Cette page est un document de travail. Destination : CA de l'ACW.


Une cloche Medardus Waghevens - Autor: IRPA

Cette page fait le point sur :

* Les cloches qui mériteraient un classement comme monument historique en Wallonie, avec une liste actualisée, spécifique et différente du RECIB.

* L'avancement des recherches quant aux statuts de protection envisageables pour lesdites cloches.

A qui appartiennent les cloches ?

Il existe trois types de propriété.

1) A l’administration communale (AC), qui est propriétaire du bâtiment, et qui s’en retrouve donc le gestionnaire.

2) A la fabrique d’église (FE), qui est propriétaire du bâtiment et qui possède toute latitude quant à la gestion, pour autant que l’évêché géographiquement compétent donne son accord.

3) A une personne privée, qui possède toute latitude quant à la gestion, voire même la transformation, pour autant que le service urbanisme de l’administration communale donne son accord.

Est-ce identique dans toute la Belgique : oui.

Une cloche ancienne est-elle automatiquement classée ?

En Allemagne, oui. En France, presque toujours oui. En Belgique, non.

En Belgique, les statuts sont différents selon les régions. Nous ne connaissons pas les statuts en Flandre et très peu ceux en région de Bruxelles-Capitale. Nous donnons donc ici les valeurs concernant la Wallonie. Si le bâtiment est classé et qu’il est expressément mentionné les cloches dans l’acte, alors oui la cloche est classée. Autrement, la cloche n’est pas classée, sauf si un acte spécifique la vise.

La cloche est un élément de mobilier par nature, car on peut la déplacer. Toutefois, la cloche est considérée comme un objet immobilier par destination, car elle est fabriquée pour un édifice particulier.

De ce fait, la plupart du temps l’objet « doit » être visé par un acte, et le plus souvent ce n’est pas le cas. Dès lors, dans le respect des règles administratives, le propriétaire a tous les pouvoirs, même celui de refondre l’objet.

Une cloche ancienne est-elle inaliénable ?

Non.

Si l’église est classée, cela ne signifie pas que les cloches ou l’orgue le sont. Le plus souvent, une clause stipule « à l’exception de l’orgue et des cloches », car il est connu que ce sont deux postes relativement couteux. Le classement de l’église vise le plus souvent le bâti.

Il n’existe pas en Wallonie de classement des cloches actuellement, même pour les objets déposés en musée. A contrario, le musée peut prendre un arrêté de classement de l’entièreté de son mobilier, à titre d’objet. Cette démarche est strictement individuelle.

Dans le cadre de désacralisation d’édifice, la plupart du temps il est trop tard. Lorsque nous sommes mis au courant, l’ensemble des actes sont déjà produits. La seule solution existante est d’agir en amont de la désacralisation, afin de prendre un acte concernant la cloche visée.

Peut-on faire n’importe quoi avec une cloche ancienne ?

Oui et non.

Non car elle reste la propriété d’une entité.

Dans le cadre d’une AC, la cloche est un élément mobilier faisant partie de son patrimoine. Si l’AC décide de vendre, de prêter ou de donner ce mobilier, elle doit réaliser une sortie du « patrimoine », qui est dans la pratique une armoire le plus souvent gérée par le receveur communal (nouvellement nommé directeur financier).

En cas de séparation d’un élément de mobilier, l’AC doit obtenir l’accord de son conseil communal.

Une AC peut tout vendre, que ce soit une cloche médiévale ou non.

Dans le cadre d’une FE, la cloche est un élément mobilier faisant partie de son patrimoine. La FE est gestionnaire de son mobilier. Cela ne signifie pas pour autant qu’elle est entièrement libre. Si la FE décide de vendre, de prêter ou de donner ce mobilier, elle doit obtenir l’accord de la cellule patrimoine de son évêché.

L’évêché ne va pas du tout statuer sur la question de l’ancienneté de la cloche. Cela n’entre pas dans ses compétences. L’évêché va statuer sur la question : est-ce une opération adaptée ou non quant à l’église visée. Nota, il en serait parfaitement de même quant à une acquisition !

Donc non car c’est une propriété d’une entité.

Mais oui car c’est un objet comme un autre.

Pourquoi classer une cloche ?

En vue de la protéger. C’est-à-dire :

- Afin qu'en cas de guerre, elle ne soit pas détruite en mitrailles d'artillerie

- Afin qu'un fondeur de cloches indélicat ne la refonde pas

- Afin qu'un gestionnaire ne fasse pas n'importe quoi en matière d'entretien

- Afin que les montages soient corrects et non destructifs

- Afin de posséder des moyens de pression en cas de déplacement inadapté

- Afin de documenter prioritairement les cloches historiques

- Afin que la Région Wallonne réagisse et prenne conscience de son patrimoine

- Afin de faciliter l'aboutissement des dossiers d'entretien

L'état de nos clochers est souvent pitoyable et alarmant - nulle part cela existe en Allemagne. Il est rare que j'attaque par des mots aussi peu pondérés. En un nombre non négligeable de lieux, certains refusent de m'accompagner parce que les planchers ne sont plus que pourriture. Il est urgent de réagir, même si cela doit se solder par des démontages de cloches afin de les protéger. Un état de telle négligence est une médiocrité. Il est évident que d'attaquer le sujet par des paroles aussi caustiques ne sera pas là pour plaire.

Peut-on expertiser une cloche ancienne ?

Pour l’instant, non.

Il n’y a pas d’expert campanaire attitré, comme cela peut être le cas en France.

Des dissensions existent quant aux termes : expert campanaire, campaniste et campanologue. C’est assez difficile de mettre une fin à ces dissensions, car les noms sont variables selon les langues. Outre toute polémique, nous définissons ici les termes, uniquement pour la praticité :

- Campanologue : Historien de l’art spécialisé en art campanaire. Par extension, couvre l’activité de nombreux passionnés (youtube, etc), pas spécialement historiens de formation.

- Campaniste : Artisan campanaire qui travaille sur l’entretien des cloches et suspensions. N’est pas un fondeur, mais par contre un fondeur peut être campaniste.

- Expert campanaire : Spécialiste ayant la capacité de s’exprimer quant à la valeur historique, musicale ou patrimoniale d’une cloche. Spécialiste ayant la capacité de juger un montage. Ce spécialiste ne sera pas pour autant celui qui monte la cloche.

Un expert est forcément quelqu’un ayant une solide connaissance en histoire de l’art. C’est aussi quelqu’un qui maîtrise les techniques campanistes et qui a une solide connaissance métallurgique.

Actuellement en Wallonie, il n’existe pas d’expert ayant la fonction administrative d’expertiser les cloches. Il existe quelques passionnés ayant ‘à peu près’ la capacité de le faire, mais cela n’a pas de valeur administrative.

Qu’est-ce qu’une cloche ancienne ?

Nous avons arbitrairement placé la date de 1789 comme date limite.

Cela n’a pas spécifiquement une valeur en matière campanaire. Cela se situe avant la révolution industrielle, c’est tout.

Actuellement, cela correspond à plus ou moins 450 cloches inventoriées en Wallonie. Cette valeur est amenée à fortement évoluer.

Actuellement, cela correspond à plus ou moins 300 lieux. Certains lieux ne comportent qu’une seule cloche, d’autres sont un carillon de 30 et quelques cloches.

Les cloches anciennes sont elles-connues ?

Plutôt non que oui.

Un inventaire bénévole est réalisé (RECIB).

16.500 cloches sont connues en juin 2014. Des apports de 1200 cloches supplémentaires sont en cours.

16.500 sur 30.000 estimées en Belgique.

A noter cependant qu’il existe plusieurs statuts dans cet inventaire.

Présence attestée = vue par une personne fiable.

Présence certaine = décrite dans une littérature fiable.

Présence probable = décrite dans une littérature.

Présence à vérifier = décrite dans une littérature non fiable.

Registre xxx = registre d’un fondeur ou d’un chercheur.

De ce fait, une importante campagne de campanographie serait nécessaire.

Il est en effet déraisonnable de projeter des classements administratifs sur des données uniquement basées sur une « présence probable ».

Bémols à citer

Vu l’urgence de la situation, nous nous concentrons sur les cloches anciennes, mais d’autres cloches mériteraient d’être classées.

- Qualité musicale : par exemple le gros bourdon de Koekelberg, bien que ça soit une cloche fort récente.

- Qualité épigraphique : par exemple la cloche Saint-Géry de Bruxelles (Sainte-Gudule).

- Qualité de rareté : par exemple une cloche Léopold Marquebreucq, étant donné qu’une seule est subsistante en clocher.

- Qualité locale : correspond à une histoire locale mouvementée et particulière.

- Qualité métallurgique : correspond à une recherche métallurgique spécifique, par exemple les cloches Oborzil (non applicable à la Belgique).

Etc.

TCHORSKI

tchorski.morkitu.org (12-06-2018)

  • WAGHEVENS (MECHELEN) : Inventaire de cloches
  • Europe is ringing: Bibliographie
  • Propiété des clochers et des cloches: Bibliographie
  • Protection légale des clochers et des cloches: Bibliographie

     

  • Retour à la page précédente
  • Menu de démarrage CAMPANERS DE LA CATEDRAL DE VALÈNCIA
    Campaners de la Catedral de València
    Chercher cloche, clocher, ville, fondeur, année de coulée, epigraphie, auteur, article
    © tchorski.morkitu.org (2018)
    © Campaners de la Catedral de València (2018)
    campaners@hotmail.com
    : 24-06-2018
    Convertir a PDF